Film

Pupille

Happy end c’est certain, dans le film Pupille. Et ce n’est pas te spoiler car tu le sauras dès le début.

Ce film retrace le parcours d’un pupille, depuis l’accouchement sous X  jusqu’à l’adoption.

On y retrouve avec tellement de joie Elodie Bouchez, mais aussi Sandrine Kiberlain à l’humour toujours aussi décalé. Gilles Lellouche est enfin à contre emploi de son rôle habituel du quarantenaire dragueur. On découvre aussi Olivia Côte. Elle réussit le grand écart d’être totalement déjantée dans « Vous les femmes » et tellement crédible dans la peau d’une conseillère du service d’adoption. 

C’est l’histoire de la construction d’une famille possible grâce à la solidarité des membres des   services de l’aide sociale à l’enfance et du service adoption. On explore les coulisses d’un processus d’adoption, un peu à la manière de Réparer les vivants avec le don d’organe ou Polisse sur la brigade des mineurs.

Bien sûr le parcours est tellement intense pour ces parents en attente de l’être. Mais le rôle des membres du service d’adoption requière aussi persévérance, lucidité et empathie.

Sujet rarement abordé au cinéma, il y est traité avec beaucoup de délicatesse et de joie, sans pour autant tomber dans la mièvrerie et l’ennui. 

Et pour une fois, aucun rebondissement, aucun suspens. Ca fait du bien.

Il faut aussi préciser que tu vas pleurer.

Si ce billet t'a plu :
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut
error

Enjoy this blog? Please spread the word :)